QUI SOMMES-NOUS ?
ACTUALITéS
RESSOURCES EN LIGNE
PARTENARIATS
DOMAINES D'ACTION
Agriculture durable
Circuits courts et vente directe
Energie
Création d'activités/Installation/ Transmission
Education à l'environnement
Relations internationales
Zone anti OGM



> - Les énergies en agriculture
> Diagnostics énergétiques et PRAIRIE
> GES et systèmes herbagers
> Efficacité énergétique des circuits courts
> Le projet européen ENESCOM
> La traction animale
> Changement climatique


 



Energie

Diagnostics énergétiques et PRAIRIE

Le diagnostic PRAIRIE

Le diagnostic p.r.a.i.r.i.e. est un diagnostic technique, économique et énergétique destiné aux éleveurs et agents de développement agricole. Il se présente sous la forme d’un tableur informatique facile d’utilisation.

Il permet dans un premier temps, au technicien ou à l’agriculteur, d’établir une analyse de la situation actuelle de l’exploitation. L’analyse économique de l’exploitation est faite au moyen des documents comptables. Des indicateurs clés tels que l’EBE/produit d’activité, le coût alimentaire du troupeau pour 1000L ou encore le revenu disponible par UTH sont calculés.

Elle est complétée par l'évaluation de ses consommations énergétiques, déduites des pratiques qu’il met en œuvre (nombre de passages d'outils en culture, temps passé à la distribution de la ration,...).

Dans un second temps, p.r.a.i.r.i.e. peut être utilisé pour simuler l’évolution d’une exploitation. L’outil simule les impacts techniques, et évalue la faisabilité économique du projet. Le bilan énergétique de l’exploitation est à nouveau réalisé, en prenant en compte les modifications de pratiques.Il est également possible de  mesurer l’intérêt que peut présenter l’installation de panneaux photovoltaïques, d’un chauffe-eau solaire, …

Pour plus d’informations, contacter l’Adage au 02 99 77 09 56 ou sur www.adage35.org


Documents :

 


Financements dans le cadre du PPE 2010

Les diagnostics Energie PLANETE et PRAIRIE peuvent être cofinancés par l'Etat et la Région dans le cadre du Plan de Performance Energétique (PPE) à hauteur de 400 euros (pour un coût total du diagnostic de 1 000 euros). Vous devez pour cela déposer un dossier auprès de votre DDTM (ancienne DDAF). Ces dossiers devraient être traités au fil de l'eau.

Attention, votre diagnostic doit avoir été réalisé avant le dépôt du dossier, mais pas payé.

Le diagnostic est indispensable pour tout dossier de demande de subvention pour des investissements dans le cadre du PPE. Pour les appels à projets sur les investissements, ils doivent avoir lieu en deux étapes. En Bretagne, un premier appel devrait être lancé avant l'été ; il a été décalé pour cause de suppression de la taxe carbone qui devait alimenter le PPE ; le gouvernement doit maintenant revoir son plan de financement.


Le lancement de DIA'TERRE

Dia'terre® est une méthode de diagnostic qui fait suite à PLANETE. Elaborée dans le cadre d'une  concertation avec la profession agricole, avec l'APCA et les chambres d'agriculture, l'Institut de l'élevage, l'ACTA, ARVALIS, le CTIFL, la FNCUMA, l'ENESAD, la FNCIVAM, L'IFIP, IFV, l'INRA, l'ITAV et ... Solagro. Conçue pour répondre aux exigences du PPE, Plan de Performance énergétique des exploitations agricoles, elle comprend une base de données en ligne et un logiciel de traitement des données, qui permet de travailler en "local".

Dia'terre® délivre :

* les consommations énergétiques directes et indirectes des exploitations agricoles, globales et par atelier
* Les émissions de gaz à effet de serre globales
* Le bilan azote
* Une estimation du carbone stocké par les haies et les sols de l'exploitation.

Un formation est obligatoire pour pouvoir utiliser
Dia'terre® (de 1 à 3 jours).
Plusieurs organismes sont habilités à organiser des formations Dia'terre, dont la FNCIVAM qui en propose plusieurs en 2011 (retrouver le programme des formations sur http://www.civam-bretagne.org/imgbd/File/Formations/Prgmeformation2011.pdf)


Synthèse des diagnostics énergétiques réalisés dans le réseau CIVAM Bzh en 2010

En 2010, dans le cadre du programme régional sur l’agriculture durable et l’efficacité énergétique territoriale, deux journées d’échanges ont été organisées avec des producteurs en élevage laitier chez lesquels nous avions réalisé au préalable des diagnostics énergétiques : l’une dans le Morbihan, l’autre en Ille et Vilaine.

Au total, 18 producteurs ont réalisé un diagnostic et se sont ensuite réunis pour se positionner dans le groupe, évaluer et échanger sur les leviers d’action pour améliorer leur efficacité énergétique.

  • 72% des producteurs se situe en deça de 420 EQF par ha, contre une moyenne nationale de 476 EQF (étude publiée par SOLAGRO et l’ADEME sur les références produites par PLANETE en 2010 sur l’élevage laitier strict).
  • La plupart des producteurs se situe entre 70 et 90 EQF pour 1000 L de lait produits, contre une moyenne nationale de 129 EQF pour 1000 L de lait produits .


Dans les 2 cas, le systèmes herbagers tendent donc à être plus efficaces que la moyenne, tout en étant productifs.

Des marges de progrès pour les systèmes herbagers :

  • En utilisant moins d’engrais :
    • Faire des bandes « expérimentales » pour voir l’effet de l’utilisation de moins d’engrais sur les rendements.
    • Améliorer les rotations (maïs après prairies).
    • Eviter les prairies au tout RGA, qui ont besoin d’engrais ; privilégier des associations avec des légumineuses.
  • En installant des pré-refroidisseurs de lait.
  • En installant des panneaux solaires photovoltaïques pour pré-chauffer l’eau utilisée pour la salle de traite.
  • En faisant des partenariats avec des producteurs d’aliments locaux.
  • En réduisant la mécanisation

Téléchargez le document de synthèse.


Un CIVAM lauréat du Trophée de l’Agriculture Durable 2011

La question de l’énergie est aujourd’hui plus que d’actualité. Au sein du réseau CIVAM des initiatives sont mises en place depuis plusieurs années. Ainsi la FRCIVAM Basse-Normandie travaille depuis 10 ans sur la question de la consommation d’énergie sur les exploitations agricoles. Dans ce cadre, elle a conduit une étude sur plus de 150 exploitations de la Basse-Normandie, tous systèmes confondus, en réalisant des bilans énergétiques (PLANETE). Cette étude montre que les pratiques ou choix de système de production ont des conséquences non négligeables en terme de consommation et que sobriété énergétique peut rimer avec efficacité économique. Dans un contexte d’augmentation des coûts de carburant et des intrants, de raréfaction du pétrole, accroître son efficience énergétique est un réel enjeu pour l’agriculture actuelle.

Outre l’intérêt de ces résultats, cette étude a permis à la FRCIVAM Basse Normandie d’être reconnue par les instances nationales, la remise du Trophée de l’Agriculture Durable 2011 à la FRCIVAM Basse-Normandie par Bruno Le Maire et Eric Orsenna en est la preuve. Cette reconnaissance bénéficie aussi à l’ensemble du réseau en apportant un peu plus de crédit aux travaux menés par chacun.

Découvrez les résultats des travaux menés par la FRCIVAM Basse Normandie, en consultant en ligne la publication « réduire l’impact énergétique de son exploitation ».


 



     Dernière minute
Imprimer cette page

Ajouter aux favoris

Recommander le site



copyright © 2005 Civam-bretagne

vendredi 24 novembre 2017