QUI SOMMES-NOUS ?
ACTUALITéS
RESSOURCES EN LIGNE
Etudes et publications en accès gratuit
Sites des fermes de démonstration
Travaux universitaires et mémoires d'étudiants
Documents et prestations sur commande

PARTENARIATS
DOMAINES D'ACTION


> Commerce équitable et échanges Nord-Nord
> Formation et dynamique de groupe
> Agriculture durable et décroissance
> New farmers : from standards to real life
> Les dynamiques de formation des agriculteurs : mieux comprendre pour mieux former
> La rentabilité est dans le pré
> Vente directe et espaces péri-urbains
> Economie sauvage et vente directe
> La vente directe une économie poétique
> Savoir-faire anciens (Rapports PANIER)
> La multifonctionnalité, un concept pour les agriculteurs ou pour les territoires ?
> Les a priori sur l'agriculture durable


 



Etudes et publications en accès gratuit

Savoir-faire anciens (Rapports PANIER)

 
Savoir-faire anciens et exploitation des algues en Bretagne
 
Tristan Arbousse-Bastide, Anthropologie & Archéologie, Rennes.
tristan.arbousse@civam-bretagne.org
 
résumé:
 
Ce rapport prémilinaire rédigé dans le cadre du projet PANIER propose une première approche du thème des savoir-faire liés à l'usage des algues. Je me suis principalement intéressé à toutes les variétés comestibles. Les principaux usages domestiques traditionnels, proto-industriels et industriels des algues sont passés en revue puis une série de tableaux détaille cette analyse en fonction des principales espèces d'algues.
 
Rapport au format PDF (Mac):
 
Rapport au format .doc :
 
Tableaux et illustrations au format .jpg :
 
Tableaux de synthèse au format .jpg :
Savoir-faire anciens et matériaux de construction en Bretagne

 
Tristan Arbousse-Bastide, Anthropologie & Archéologie, Rennes.
tristan.arbousse@civam-bretagne.org
 
résumé:
 
Voici un rapport préliminaire sur les savoir-faire anciens liés à la construction rédigé dans le cadre du projet PANIER. Je me suis principalement intéressé aux matériaux utilisés traditionnellement en Bretagne. L'attachement local de ces matériaux est considérable et ils ont peu fait l'objet de commerce inter-régional. De qualité variable, ces matériaux font appel à des connaissances localisées et partagées par le plus grand nombre dans le cadre de l'auto-construction traditionnelle. Il s'agit des divers types de pierre, de la terre, du bois et des fibres végétales. J'ai inclus quelques notes sur les fibres de chanvre et de lin mais ils ne relèvent de savoir-faire ancien que dans le domaine du cordage et de la toile. Ce n'est que très récemment qu'ils ont été utilisés pour l'éco-construction. Des tableaux et cartes par type de matériau s'ajoutent à ce rapport.
 
Rapport au format PDF (Mac):
 
Rapport au format .doc :
 
Tableaux et illustrations au format .jpg :

Savoir-vivre paysan en Bretagne

Tristan Arbousse-Bastide, Anthropologie & Archéologie, Rennes.
tristan.arbousse@civam-bretagne.org

résumé:

Voici (dans le cadre du projet PANIER) un rapport préliminaire sur le savoir-vivre paysan en Bretagne et notamment des thèmes de l'accueil et de l'hospitalité. Je me suis principalement inspiré des anciennes pratiques en usage en Basse-Bretagne et notamment du sud-Finistère (pays Bigouden et Cap-Sizun). Il peut exister de nombreuses variantes locales (notamment liées à l'emploi du vouvoiement ou tutoiement) toutefois les pratiques évoquées dans ce rapport se limitent aux aspects les plus répandus en Bretagne. J'évoque trois aspects fondamentaux de la politesse et de l'hospitalité bretonne qui sont : la justesse du traitement, les manières de saluer, le partage et la réciprocité. Enfin, il est question du déclin de ces pratiques au profit d'autres modes de politesse.

Rapport au format PDF (Mac):
-première partie (Hosp 01.pdf) 176 ko
-deuxième partie (Hosp 02.pdf) 172 ko

Rapport au format .doc :
-texte du rapport (Hosp 01.doc) 48 ko

Tableaux et illustrations au format .jpg :
-l'art de la visite paysanne (Hosp tab 01.jpg) 164 ko
-mobilier et savoir-vivre paysan (Hosp tab 02.jpg) 128 ko
-manger à une table paysanne (Hosp tab 03.jpg) 64 ko


La transmission des savoir-faire en Bretagne
 
 
Tristan Arbousse-Bastide, Anthropologie & Archéologie, Rennes.

résumé: 

Voici une première approche du thème de la transmission des savoir-faire en Bretagne. C'est un aspect important du projet PANIER puisqu'il porte moins sur des questions de matériaux, de techniques et de moyens de production particuliers que sur la nature même des savoir-faire. Le geste et la parole constituent  l'expression et le support des savoir-faire qui étaient selon leur contenu transmis au plus grand nombre ou dans un cadre restreint. Ces variations dans la diffusion des connaissances s'expliquent en partie par leur proximité plus ou moins grande avec l'économie domestique. Dans le monde paysan, aucune transmission n'est anonyme, elle est soit familiale soit élective et chacun y prend part de manière collective ou individuelle (les femmes, les anciens, et le groupe des hommes ont une importance prépondérante). Les méthodes d'apprentissage reposent sur une forte imprégnation dans le monde paysan depuis la petite enfance. De nombreux lieux et moment privilégiés de la transmission sont identifiables. L'émulation et la transmission directe sont les deux autres pans de l'éducation paysanne. Les conditions du partage reposent à la fois sur un certain état d'esprit (un savoir-être) et sur une correspondance des temps de convivialité et de travail. Le déclin de l'économie domestique au profit d'une certaine forme de capitalisation des campagnes, l'abandon de l'usage du Breton ont conditionné l'arrêt des chaînes de transmission et la permutation des catégories de savoir.
 
Rapport au format PDF (Mac):
 
Rapport au format .doc :
 
Tableau au format .jpg :
 

La haie une économie buissonnière (résurgence de la culture de l'arbre en milieu rural)

Tristan Arbousse-Bastide, Anthropologie & Archéologie, Rennes.
 
Ce texte a été rédigé sur la base d'entretiens réalisés en collaboration avec Magali Le Bot de l'association Mené Initiatives Rurales (Le Bourg, 22330 Saint-Gilles du Mené) durant une semaine (du lundi 28 janvier au vendredi 2 février 2007) dans le cadre du programme PANIER. Il s'agissait d'interroger de manière semi-directive différents acteurs de la vie locale (animateur, et administrateur de MIR, technicien spécialiste du bocage et des problèmes d'hydrologie de bassins versants, agriculteur, éleveur, artisan, diététicienne, porteur de projet) sur la thématique du bocage en relation avec l'économie domestique en milieu rural. Le bocage est pris en compte dans sa définition la plus ouverte possible c’est-à-dire d'espace rural caractérisé par la présence de réseaux linéaires de haies plantées d'arbres et d'arbustes. Au cours de nos discussions plusieurs thématiques complémentaires sont apparues et alimentent cette réflexion sur le bocage et son avenir en Bretagne. -La question des luttes et enjeux locaux pour une légitimité des projets liés à l'utilisation du territoire (entre habitants, agriculteurs, associations et...) -La difficulté à passer d'un projet ou une réflexion individuelle à un projet ou une réflexion collective -La nécessité de réfléchir à un projet de vie commun adapté au mode de vie rural (insertion dans la vie locale, systèmes d'échanges, travail collectif, coopératives de salariés etc.)Le déclin de la haie communautaire entourant des pâtis accessibles à tous au profit d'un dense maillage bocager a conduit au développement d'une culture de l'arbre et de l'arbuste aujourd'hui en très fort recul. Il reste encore dans la mémoire des aînés le souvenir d'une enfance paysanne passée dans les talus et les haies de l'école buissonnière. Ce sont les vestiges de savoir-faire intimement liés à l'économie paysanne qui étaient autrefois soit largement diffusés soit du ressort de spécialistes reconnus mais qui aujourd'hui sont ignorés ou rejetés comme le symbole d'un passé révolu. La volonté de moderniser l'agriculture après la Deuxième Guerre Mondiale a conduit à la destruction délibérée du bocage. Ces arbres et ces talus perçus comme des obstacles à la mécanisation étaient pourtant source d'un patrimoine local dont le renouveau pourrait aujourd'hui contribuer à consolider bien des aspect de la vie rurale tant d'un point de vue économique, écologique que social et culturel.
 
Rapport au format PDF (Mac):

Rapport au format .doc :
-rapport (EcoBuis.doc)  524ko

 



     Dernière minute
Imprimer cette page

Ajouter aux favoris

Recommander le site



copyright © 2005 Civam-bretagne

lundi 23 Octobre 2017