QUI SOMMES-NOUS ?
ACTUALITéS
RESSOURCES EN LIGNE
Etudes et publications en accès gratuit
Sites des fermes de démonstration
Travaux universitaires et mémoires d'étudiants
Documents et prestations sur commande

PARTENARIATS
DOMAINES D'ACTION


> Commerce équitable et échanges Nord-Nord
> Formation et dynamique de groupe
> Agriculture durable et décroissance
> New farmers : from standards to real life
> Les dynamiques de formation des agriculteurs : mieux comprendre pour mieux former
> La rentabilité est dans le pré
> Vente directe et espaces péri-urbains
> Economie sauvage et vente directe
> La vente directe une économie poétique
> Savoir-faire anciens (Rapports PANIER)
> La multifonctionnalité, un concept pour les agriculteurs ou pour les territoires ?
> Les a priori sur l'agriculture durable


 



Etudes et publications en accès gratuit

Economie sauvage et vente directe

Tristan Arbousse-Bastide, Anthropologie & Archéologie, Rennes, tr.arbousse-bastide@laposte.net

Résumé :

Cet article développe le point de vue de l’archéologue et de l’anthropologue sur l’évolution des pratiques agricoles et sociales en Bretagne au travers des traces qu’elles ont laissé dans le paysage, l’habitat et l’économie. L’accent est mis sur  la déstructuration progressive à partir du 19e siècle (et parfois dès les 17e et 18e siècles) des habitudes communautaires au nom du progrès agricole et de l’économie de marché par le biais du morcellement, puis de l’effacement des repères spatiaux et culturels dans les campagnes. La place anciennement donnée à la vente directe de produits agricoles est présentée comme un indice de la monétisation progressive des échanges en milieu rural qui est symptomatique du passage d’une économie traditionnelle vivrière à l’économie de marché. En Bretagne, ce processus est responsable d’une profonde crise du rapport entre la ville et la campagne caractérisé par l’expansion du mode de vie urbain. Pourtant aujourd’hui le développement de la vente directe ou en circuit court de produits agricoles peut contribuer à relocaliser l’économie en milieu rural.

Summary:

This paper presents an archaeological and anthropological point of view on the evolution of agricultural and social uses in Brittany. The remains of traditional landscapes and ancient households, give us the keys to understand the evolution of rural economy. Since the 19th century (and sometimes as early as 17th-18th ct) agricultural progress through specialization and the appearance of market economy have been pretexts for dismantelment of communal habits. The morcellation of the landscape and later the erasement of field boundaries resulted in the loss of cultural references. The early development of the direct sales of agricultural products is presented as an evidence of the growing importance of money in commercial exchanges in rural areas. It illustrates the transition from a traditional subsistance economy to a market economy. In Brittany this process is responsible for a deep crisis in the relationship between town and country and the expansion of the urban way of life. However, nowadays the development of direct sales of agricultural products may be considered as one of the ways to regenerate local rural economy.

Cet article à été élaboré dans le cadre du programme de recherche d'intérêt régional "vente directe Bretagne Japon"financé par le Conseil Régional et Coordonné par l'Université de Rennes 2 Haute-Bretagne. Il est aussi disponible sur le site de l'ONG PEKEA.

Article au format PDF

English (short translation) PDF



     Dernière minute
Imprimer cette page

Ajouter aux favoris

Recommander le site



copyright © 2005 Civam-bretagne

vendredi 28 avril 2017